07 décembre 2012

Projet ALMA

Le projet ALMA est un ensemble de plusieurs antennes. ALMA signifie Atacama Large Millimiter Array. Ce dispositif permet d'observer l'espace. Il se trouve au Chili sur un plateau du désert d'Atacama, à l'est de la ville de San Pedro.

 

I-Histoire:

La première antenne a été transportée sur le site en novembre 2009.L'observatoire est entré en service le 3 octobre 2011 avec un tiers des antennes prévues.

 
II-Objectifs du projet ALMA:
 
•-L’étude de la galaxie jeune à travers l’observation de galaxies distantes.
•-L’étude de la formation des étoiles à  traves l’observation des nuages moléculaires ( nuage d’Orion)
•-L’étude de la formation des planètes
•-La recherche d’exoplanètes par astrométrie
•-L'étude du système solaire reposant sur l'étude des poussières et sur celle des atmosphères de différentes planètes comme Mars et Vénus (ce dernier sujet permettra par exemple de se faire une meilleure idée de leur dynamique atmosphérique ou encore de détecter une présence d'eau)
 
III-Ses moyens:

 

C'est un grand réseau interférométrique de radiotélescopes mobiles. Sur le haut plateau d’Atacama, les 64 antennes du réseau et les systèmes électroniques et informatiques associés feront de l’interféromètre ALMA le système le plus précis et le plus versatile jamais construit à ce jour. En fait la collaboration autour d’ALMA est internationale puisque le Chili, en qualité de pays hôte, et le Japon sont aussi associés au projet, tout comme l'Europe et l'Amérique du nord

L'interféromètre ALMA proposera une fenêtre d'observation quasi-continue entre 30GHz et 1THz, la résolution spectrale associée sera comprise entre quelques MHz et quelques kHz. Grâce aux techniques de synthèse d'ouverture, les images des objets observés pourront être contruites avec une résolution spatiale inférieure à la seconde d'arc: c'est un degré divisé par 3600. La résolution spatiale pourra même atteindre quelques millisecondes d'arc pour les observations réalisées aux plus hautes fréquences (approchant le THz) avec les espacements d'antennes maximaux (environ 10km). Afin de produire les images millimétriques et sub-millimétriques les plus claires depuis la Terre, les radiotélescopes requièrent un site sec.

C'est en effet la vapeur d'eau présente dans l'atmosphère qui absorbe les ondes dégradant la sensibilité de l'instrument et limitant les fenêtres de transparence à certains domaines de longueurs d'ondes. Des mesures détaillées et prolongées ont démontré que le ciel au-dessus du désert d'Atacama présente des conditions uniques de transparence et de stabilité. Le réseau d'antennes ainsi que les sous-systèmes électroniques opéreront à plus de 5000 mètres d'altitude sur le plateau de Chajnantor.


 

IV-Le budget:
Pour ALMA seulement le coût des antennes représente la moitié du coût total du projet. Ce qui fait qu’une antenne toute seule coûte 5.5 de millions de dollars. Une antenne de l’IRAM, sans capacité submillimétrique est de l’ordre de 4.6 millions d’euros.
Le budget total paru en 2001 est de 550 millions de dollars( ciel et espace de juin 2007 parle 1.3 milliard de dollars). Aujourd’hui nous n’arrivons à financer que 50 antennes.
 
V-Des images:
 
 
Une antenne en transport

alma1

 

 

 

Ce à quoi devrait ressembler le site une fois toutes les antennes mises en place

ALMA_sys3

 

 

 

Une antenne en service

ALMA_sys4

 

 

Galaxies observées par ALMA

Les-radiotelescopes-d-Alma-entrent-en-service


 

 VI-Lexique


Versatile: qui n'arrive pas à se fixer

Interférométrie: Technique de mesure ou d'observation utilisant des interférences notamment lumineuses.

Submillimétrique: relatif à une taille inférieure au millimètre

 

Posté par vivclem à 09:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Projet ALMA

  • ce n'est pas interessant !!!!!!!!!!!!!!

    Posté par gabyfanfan, 05 avril 2013 à 09:10 | | Répondre
  • youpi le projet alma !!!!

    Posté par gabyfanfan, 05 avril 2013 à 09:11 | | Répondre
Nouveau commentaire